Tactiques, stratégies et réflexions pour blood bowl

coachingSalut ! Mon nom est Taureau Amiral et je coach des équipes de Blood Bowl depuis très longtemps. Je suis bien connu ici à la Kasse Gueule puisque j’ai coaché les invincibles Hipsters de Hollywood pendant deux saisons (interminables, diront certains adversaires). Invaincus en 31 matchs d’existence et titulaires d’une Coupe Blanche, d’une Coupe Noire, d’une Classique d’Été, de deux trophées Impérial et de deux trophées Starbock, le succès de cette équipe reposait sur des techniques de coaching solides laissant le moins de place possible à la chance.

Blood Bowl est un jeu complexe… très complexe. Maîtriser les bases est très facile mais améliorer son coaching jusqu’à un niveau compétitif demande une minutie de tous les instants. Dans cette section va s’ajouter au fil du temps des trucs et astuces qui, je l’espère, vont fournir des pistes de réflexion pertinentes à votre quête de perfectionnement.

COACHS DÉBUTANTS

Le coach débutant ne contrôle pas vraiment bien sa prise de risques. Par exemple, il débute son tour sur un jet à 3+ avec relance sans avoir préalablement couvert la balle. Il réalise souvent, dès qu’il le peut, un touché en deux tours – tout fier de son succès sans réaliser qu’il vient de se clouer dans son propre cercueil. Il a tendance à prendre d’énormes risques, souvent sans s’en apercevoir, et engendre un lot d’échecs contre lesquels il ne se prémunit pas; une véritable mine d’or à exploiter pour un coach plus habile. Parallèlement, le coach débutant peste souvent contre sa malchance en oubliant bien vite (ou en ne remarquant pas) qu’il a déjà été très béni en réussissant une précédente séquence de jets de dés particulièrement hasardeuse.

Coachs débutants, cessez de maudire votre malchance et imprégnez-vous des paroles de sagesse contenues dans les articles suivants.

COACHS INTERMÉDIAIRES

Le coach intermédiaire réalise les « bases » correctement. Il ordonne son tour des actions les moins risquées aux plus risquées. Il tente parfois de ralentir le jeu et saisit bien l’importance de la manoeuvre. Il fait encore parfois des choix de compétences douteux et joue généralement un peu trop souvent « en contact » avec son adversaire lorsque la situation demanderait un positionnement plus délicat. Ses « grosses brutes » se font encore souvent isoler facilement et il laisse parfois un elfe en contact avec un « Tacle + Châtaigne » sans raison valable.

Après la lune de miel associée à la découverte du blood bowl, le coach intermédiaire trouve parfois le jeu un peu lourd et influencé par la chance. Toutefois, il est à l’aube de faire ses débuts passionnants dans le vrai monde du blood bowl; celui où il arrivera à maîtriser les mécanismes du jeu, les probabilité et parfois même son adversaire.

COACHS VÉTÉRANS

À ce niveau, le coach vétéran prend habituellement les « bonnes » décisions. Il a un bon sens du « timing » et cherche à contrôler le temps de jeu restant. Il occupe bien l’espace sur le terrain, utilisant le maximum de cases nécessaires durant son match. Il comprend l’importance d’un solide positionnement; quand retenir ses joueurs et quand les envoyer à l’assaut. Correctement enchaîner les « Repoussés » n’a plus vraiment de secrets pour lui. Il comprend aussi l’importance d’optimiser sa fiche d’équipe.

Attaquer face à la défensive d’un coach vétéran n’est pas une mince affaire. Défendre face à ses attaques bien maîtrisées n’est jamais gagné d’avance. Le coach vétéran comprend que ce qui fait la différence dans un match de blood bowl est l’accumulation des petits avantages sur son adversaire et que ce peut être suffisant pour faire pencher la balance en sa faveur et ce… même si sa chance aux dés est très ordinaire.

COACHS AVANCÉS

À ce niveau, le coach a saisi quand il faut briser les règles au lieu de faire la « bonne » chose. Par exemple : s’il joue face à un coach débutant ou intermédiaire, il ne jouera pas « trop bien » pour obliger son adversaire à prendre d’avantages de décisions parce que celles-ci sont souvent peu optimales. À l’opposé, s’il lui laisse une seule décision difficile (solution préférable contre un excellent coach), même une horloge arrêtée a raison deux fois par jour et le coach débutant pourrait fort bien réussir la séquence à 5+ 5+.

De même, le coach avancé a un excellent sens du « maintenant ou jamais ». Quand tenter de ramasser le ballon sur un 5+ plutôt que de le marquer à l’aide de zones de tacle. Quand laisser un joueur clef se faire pousser dans la foule pour protéger une situation gagnante. Quand s’investir face à une défense passive pour « provoquer » les choses. Etc. Ces coachs ont généralement la réputation d’être « chanceux », mais en réalité, ils ont un excellent synchronisme face à la prise de risque, l’instinct pour repérer le « moment charnière » d’un match, la flexibilité pour immédiatement changer de tactique afin d’éviter de perdre le contrôle d’un match et « le don d’entrer dans la tête de leur adversaire ».

Laisser un commentaire