Rigueur de l’hiver…

L’infirmerie déborde sur le Lomer-Gouin. L’hiver est très difficile sur le fleuve st-Laurent. Les engelures s’accumulent et les divers maux commencent à apparaître. Il n’est pas rare de ces temps-ci  de terminer les traverser avec un équipage très réduit. Il faut croire que le carnaval attire beaucoup de monde: des amérindiens, des grecs diabétiques, des apiculteurs ou des bouchers spécialistes du passé date… L’hiver est tellement difficile que nous avons retrouvé dernièrement le plus croyant de nos membres dans un gros bloc de glace après quelques heures, alors qu’il était parti sur le pont, la veille, faire sa prière de fin de quart. Et oui, seul Dieu est maître abord avant le capitaine  (mis à  part, l’appétit du troll à ancre, bien-sûr). Alors, nous l’avons poussé sur la planche avec des poids… mais de la glace ça flotte alors, si vous regardez vers le fleuve, vous verrez peut-être un gobelin flottant seul dans un bloc de glace sur le lit du fleuve pour rejoindre la mer divine.

Et a dit le capitaine: Allez, pansons nos plaies et retournons à notre ouvrage,  car nous avons encore beaucoup de traverser à faire avant la fin de l’hiver!

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Rigueur de l’hiver…"

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Serge
Membre

@ Sébastien: Match équilibré, on en avait parlé si je me souviens bien.
@ Francis: 4 à 6 Snotlings qui te tabassent à qui mieux-mieux en couinant et qui te mordent les oreilles et les doigts de pieds, j’imagine que comme moi, tu trouve ça mignon et attachant ? 🙂

Une chance que la relève est abondante chez vous.

Sébastien
Admin

Équilibré… dans le genre que les ogres sont absolument incapables d’arrêter une offensive de gobelins des bas-fonds ?

Quand vient le tour du Buzz de passer à l’offensive, la Cale l’oblige à faire porter le ballon par un ogre plutôt qu’un snotling (qui, sinon, se prend invariablement les trois dés d’un gobelin cornu sur la tronche par tour)… ce qui est risqué parce que si le gros lard rate le ramassé du ballon, il se retrouve presto avec une horde de gobelins sur le dos (et bonjour le déficit de deux points). Et même si l’ogre réussit le ramassé du ballon, la Cale peut s’amuser à le blitzer à « deux dés contre » jusqu’à ce qu’il tombe car sans blocage ni esquive, c’est un plan tout-à-fait sensé.

Contre la Cale, le Buzz est condamné à jouer la table raze, parce que tant qu’il reste un gobelin-munition sur le jeu, personne n’est en sécurité…. l’ennui est que pour nos braves cerveaux lents, tous les gobelins ont l’équivalent de Blocage + Esquive… Et la Cale a de la Griffe et même de la Châtaigne pour mitiger notre avantage en armure… sans oublier qu’ils sont plus rapides que nous.

Je crois bien que le Buzz est la seule équipe de la Kasse Gueule que la Cale est en mesure de faire baver !

Serge
Membre

J’imagine qu’après 7 ou 8 sorties (soit un différentiel d’environ 4) il était déjà trop tard pour prendre le ballon et marquer. Hum! Pour ce qui est d’en baver, le Buzz se fait peut-être servir un peu sa propre médecine le poids du nombre. Douloureux de constater que la vermine, même mignonne, on a beau en écraser tant qu’on peut, il en reviens toujours. 🙂

Sébastien
Admin

Effectivement, c’est uniquement une fois le terrain entièrement libéré de ses gobelins que le Buzz a pu marquer (soit à son 8e tour de la seconde mi-temps) ! 🙂

Serge
Membre

Mais quand même, 1 à 1, on peut dire que c’est plutôt équilibré des gros ogres majestueux contre de vulgaires gobelins 🙂 🙂 🙂
Bon week-end.