Archives pour la catégorie L’Aurore

Journal de la Haute-Saint-Charles associé aux Chasseurs, Clubbers et Buzz.

Repêchage IX – La sélection du Buzz

Certaines équipes ont mené des négociations du tonnerre lors du Repêchage IX et, même si le Buzz s’est fait plutôt tranquille, il s’en est très bien tiré pour une équipe dont la première sélection était au 17e rang de la 1ere ronde. Voici le point de l’Aurore sur les espoirs repêchés par l’équipe ogre.

1ere ronde : Aldeau

Position : Ogre
Compétence : Chef

On le sait, c’est depuis ses tous premiers matchs que le Buzz a un problème de leadership. Avant d’y laisser sa peau, Flocon était certainement le capitaine le plus stupide de la Kasse Gueule. New Ogre, son remplaçant, n’a pas survécu plus d’une poignée de matchs. Depuis, rien ne s’est réellement replacé avec l’anonyme capitaine Farlouche.

La Centrale de repêchage affirme que l’espoir Aldeau « est un maître de la motivation ». On peut déjà pas mal parier qu’après les avoir réquisitionnés, il n’aura pas de difficultés à chausser les souliers de ses prédécesseurs. Aussi, les chances sont là que le bougre intègre la grande ligue dès cette saison.

2e ronde : Mary Stuart

Position : Ogre
Compétence : Parade

Les ogres du Buzz ont la fâcheuse habitude de brouter du gazon. Stuart devrait le faire avec classe. Sans être un espoir éclatant (hormis dans ses rêves où il est une Reine), Stuart est une curieuse expérimentation qui devrait joindre la grande équipe dès la Saison X.

2e ronde : Pricles

Position : Snotling
Compétence : Dextérité

Cet espoir a coûté au Buzz un choix de quatrième ronde et un poisson d’avril pour le sélectionner en deuxième ronde du repêchage. Pricles va vraisemblablement être immédiatement catapulté dans la grande ligue avant d’être immédiatement catapulté par-dessus la ligne de mêlée. On peut dire que cet espoir tombe à point.

Les ogres du Buzz visent quelques records de la Kasse Gueule

La saison IX de la Kasse Gueule va bientôt tirer sa révérence mais ça n’est pas de nature à arrêter le Buzz. Oh que non ! La valeureuse équipe ogre vise quelques records de franchise de la Kasse Gueule et a même déjà presque le grappin sur quelques-uns d’entre eux. L’Aurore fait le point.

Records de franchise sur une seule saison

Nombre de matchs joués

Record actuel : 32 (Meanmachines)
Statistique du Buzz : 23

Avec un imposant 10 matchs à jouer en 6 semaines, le Buzz parviendra-t-il à dépasser l’équipe du Pacte du Chaos ? Les paris sont ouverts… d’autant plus que traditionnellement, le dernier mois de la saison est très tranquille. Le Buzz risque d’être un abonné régulier aux matchs de la Cale !

Nombre de victoires

Record actuel : 17 (Chasseurs)
Statistique du Buzz : 17

Ce record devrait normalement être battu… quoique, comme tout coach ogre vous le dira, il ne faut pas se surprendre si le Buzz se débande totalement, pathétiquement et irrémédiablement dans le dernier droit de la saison.

Nombre de sorties pour

Record actuel : 89 (Meanmachines)
Statistique du Buzz : 74

Avec 15 sorties à réaliser en potentiellement 10 matchs, c’est 1.5 sorties par match. À noter qu’on a souvent vu le Buzz être blanchi au chapitre des sorties, cette saison. D’un autre côté, ils ont aussi réalisé quelques lavages à sec. La régularité ? Non, ils ne connaissent pas.

Moyenne de sorties pour

Record actuel : 3.94 (Ticasques)
Statistique du Buzz : 3.49

Certainement, la moyenne au bâton du Buzz n’est pas mauvaise… Mais beaucoup d’équipe font mieux, dont les Sauvages avec un impitoyable 5.60, et les Khorneflakes avec 3.85. N’espérez pas trop ce record-là.

Sorties contre

Record actuel : 104 (Chasseurs)
Statistique du Buzz : 72

Pour battre ce record, il faudrait que le Buzz sorte 32 snotlings sur une civière en 10 matchs, pour une moyenne de 3.20 sorties par match. Le Buzz en offre déjà une moyenne de 3.33 sur l’autel du progrès. Le problème est que la Cale en offre encore davantage avec 4.68. Ce record appartient probablement déjà à la Cale avec le Buzz bon deuxième.

Touchés pour

Record actuel : 58 (Meanmachines)
Statistique du Buzz : 44

14 touchés en 10 matchs est un objectif réalisable, d’autant plus que l’équipe en produit présentement une moyenne de 1.91 par match. Aussi, le Buzz n’a été blanchi que deux fois en 23 prestations, cette saison. Les chances sont là, mais il y a beaucoup de « si » dans l’air.

Les stéréotypes persistent sur les terrains de blood bowl

Les ogres du Buzz seront nombreux à se précipiter sur les terrains de blood bowl, cet hiver. Au moment où ils secoueront leurs adversaires dans l’espoir de trouver ceux qui se cachent derrière leurs potes, il y a fort à parier que peu d’entre eux se préoccuperont de savoir si leur poupée de chiffon est rose, jaune, rouge, verte ou noire.

Pourtant, nombreuses sont les équipes qui séparent leurs joueurs en tailles et en couleurs.

« Ce n’est pas que ça me dé’ange quand les joueu’s sont séparés de cette manière. C’est plutôt quand un joueu’ de petite taille est cantonné dans une seule position et quand la ve’sion g’os tas est systématiquement plus violente, ça, pa’fois, ça me dé’ange », a soulevé le coach Hum du Buzz.

Selon la directrice scientifique du Réseau des études féministes, Franzine Lacarie, qui a participé en 2017 à l’élaboration du document Les snotlings ont-ils un sexe?, les coachs de blood bowl sont peut-être entrain de prendre conscience du problème, mais que ça n’est pas encore suffisant pour changer les stéréotypes.

« C’est toujours une vision de coach. Je pense. Le coach a une vision du joueur. « Ah, il est mauve et feluet, très girly. On va lui faire porter le ballon. » C’est correct, il peut aimer tout ça, mais peut-être aussi qu’il en a son tas. Faisons-lui donner des taloches et voyons ce que ça va donner. Je pense que c’est possible d’explorer ailleurs. »

Pour le coach Hum du Buzz, être un snotling, c’est être en période de découvertes intenses et c’est pourquoi il est important de ne pas les limiter à un seul style de jeu.

« J’ai enco’e des joueu’s qui che’chent le vestiai’e des og’es et le vestiai’e des snotlings. On leu’ dit: « Mais non, tout est mélangé ». Tout le monde, ici, est toujours mélangé. »

(Chanson) Le Snotling au nez ‘ouge

Quand la neige glissante ‘ecouv’e tout enfin
Et que les joueu’s cou’ent sur le te’ain
La divine malchance
À tout l’Buzz pa’le enco’e de lui

On l’appelait Nez ‘ouge
Ah comme il était mo’on
Le snotling au nez ‘ouge
‘ouge comme un lumignon

Son g’os nez faisait ‘i’e
Chacun s’en moquait beaucoup
On allait jusqu’à di’e
Qu’il atti’ait les g’os coups

Énéfel qui l’entendit
Gémi’ dans le noi’
Pour le consoler, lui dit :
« Je vais t’enchaîner ce soir »

Comme un chien Nez ‘ouge
Tu t’aîne’as dans le ciel
Avec ton g’os nez ‘ouge
Le cha’iot d’Énéfel

Quand la foule le vit
d’allu’e aussi laite
Suiv’e piteusement les ‘outes célestes
Devant ses aléas 
Plus d’un joueu’ ‘esta baba

On l’appelait Nez ‘ouge
Ah comme il était mo’on
Le snotling au nez ‘ouge
‘ouge comme un lumignon

Maintenant qu’il t’aîne
le cha’ à t’avers les cieux
C’est lui l’esclave d’Énéfel
Et son nez fait des envieux

Vous snotlings et og’es
Pour la g’ande nuit
Si vous savez vos leçons
Dès que sonne’a minuit

Ce petit point qui bouge
Ainsi qu’une étoile au ciel
C’est le nez de Nez ‘ouge
Annonçant Énéfel

Deux ogres du Buzz mieux compris grâce à des astronomes canadiens

L’ogre Farlouche pourrait bien être semblable à l’ogre Chicot, mais plus gros, affirment des astronomes canadiens qui lui ont également découvert un autre ogre voisin jusqu’ici inconnu.

Ces deux ogres orbitent autour du capitaine New Ogre, un trou noir généralement situé en plein centre du terrain. Farlouche a été mis au jour lors du dernier match contre les Sauriens après avoir inscrit son premier point en carrière. Les scientifiques avaient à ce moment noté qu’il se situait en zone des buts et que sa surface était couverte d’eau à l’état liquide, un élément essentiel à tout joueur qui se démène pour compter un touché.

Le saviez-vous ? Pas moins de 5 ogres ont été officiellement détectés chez le Buzz et pas moins d’un ogre supplémentaire est en attente de confirmation.

Les auteurs de ces travaux, qui seront bientôt publiés dans le journal Astronomie et astrophysique, se sont basés sur un ensemble de données fournies par un spectrographe mesurant la vitesse relative des ogre. C’est-à-dire leur vitesse influencée par la présence des joueurs adverses. Il est l’un des instruments les plus précis qui existent à l’heure actuelle.

Les nouvelles informations recueillies ont permis d’établir que Farlouche était :

  • soit un ogre doté d’un cerveau gazeux;
  • soit un ogre épais essentiellement composé d’eau.

« Étant donné l’intérêt que présente Farlouche sur le plan des études atmosphériques, c’est notre sujet d’étude prioritaire. » – Roté Boyaux, coauteur de l’article

En étudiant l’ogre Farlouche, le chercheur a remarqué quelque chose d’inhabituel dans son voisinage, un autre ogre. L’ogre baptisé Frappabord serait toujours en mouvement sur les abords du terrain. Mais peu importe où il se situerait, la découverte d’un nouvel ogre chez le Buzz est « incroyable » pour les astronomes canadiens.

New Ogre nommé capitaine du Buzz

On le savait, à la suite du décès du capitaine Flocon, le Buzz a fonctionné avec un capitaine par intérim durant le mois de novembre. Sous la tutelle de la mega-star Lop Leroy, l’équipe a réalisé une fiche de 4-0-2… c’est-à-dire bien pire que la fiche de 5-2-0 du mois d’octobre alors que régnait sur le Buzz le capitaine le plus stupide de l’histoire de la Kasse Gueule. 

On s’attendait à franchement mieux de l’apport de Lop Leroy. Étonnamment, il est fort possible que le Buzz fonctionne mieux en « équipe » plutôt qu’en se fiant sur un unique joueur étoile.

C’est dans cet optique que coach Hum a désigné aujourd’hui New Ogre comme le nouveau capitaine du Buzz. New Ogre est le seul monstre de « l’équipe » à ne pas avoir de compétences. Ceci lui procure l’avantage de faire disparaître moins de compétences du terrain que ses coéquipiers lors de ses absences d’esprit. Suivant cette racine inverse, New Ogre serait donc l’ogre le moins incompétent du Buzz.

Suivant sa nomination, le nouveau capitaine serait resté sans mots… littéralement.

Un match difficile en vue pour le Buzz

Le Buzz ou la Cale ? S’ils n’écoutaient que leur coeur, les journalistes de l’Aurore concéderaient sans hésiter la victoire à l’équipe de la Haute-Saint-Charles et relégueraient subito presto la Cale dans la Ligue Blanche. Le match fatidique aura lieu ce dimanche soir à la Ruche.

« Il y a peu, on aurait prédit que le Buzz allait manger les gobelins tout crus. Mais depuis le match précédent gagné par la peau d’un snotling, on sait tous que ce sera un match difficile. »

L’état d’esprit

Le Capitaine Flocon a été honnête en avouant que le stress fait partie de son quotidien. À cela s’ajoutent les énormes attentes que suscitent ce match. « Toute la p’ession est su’ nous, signale le coach Hum. Si nous gagnons, on va en pa’ler comme une victoi’e du Buzz, et si la Cale gagne, on va en pa’ler comme une défaite du Buzz. »

Le Tsunami repart bredouille

Les snotlings Spliiiish et Pschiiiit ont marqué chacun un touché dans une victoire de 2-1 du Buzz sur le Tsunami, ce dimanche soir. En récompense, les deux joyeux comparses ont été mis à la retraite !

Pschiiiit a donné les devants au Buzz sur un vol de ballon en toute fin de première mi-temps pendant que ses copains Snots piétinaient rigoureusement ce que la formation du Bourgneuf laissait choir à (trop) basse altitude. Le Tsunami a repoussé la moitié des snotlings qui se sont dirigés vers eux pendant que leurs vis-à-vis ogre ont accordé ce qui devrait s’approcher d’une moyenne réglementaire d’absences d’esprit. Le très songeur capitaine Flocon s’est octroyé la part du lion des laisser-allers.

« Je pense v’aiment beaucoup t’op su’ le jeu. J’ai l’imp’ession de ma’cher dans la boue, d’êt’e seul su’ une île. »

Le capitaine Flocon a toutefois admis que ses collègues et lui ont commencé à regarder un peu le classement général.

Déjà.

« Oui, on le ‘egarde, a-t-il répondu, mais c’est tout un cha’abia. Le coach dit qu’il pense qu’on est pas mauvais et qu’on va continuer de fai’e bien tant qu’on va continuer de fai’e mal. »

Le Buzz étourdit la Kasse Gueule

HSC – Il y a un Buzz dans la Kasse Gueule, juste pas celui attendu par tout le monde.

« Je pense pas qu’on se se’ait choisit pou’ fai’e un tou’ du chapeau, » a affirmé le capitaine Flocon à la suite de l’étonnant parcours de trois victoires sans faute de l’équipe Ogre.

Le colosse leader du Buzz s’est déjà cimenté plusieurs fois sur le jeu, mais aussi à la tête du Buzz, en affichant une capacité d’analyse qui laisse régulièrement les défenseurs – et ses coéquipiers – pantois.

« Sa capacité d’analyse s’est accélé’ée au cou’s des de’nie’s matchs » nous a précisé le coach Hum. « Je pense qu’il peut enco’e ajouter de la vitesse. Combien ? Je sais pas. Il a beaucoup d’espace pou’ deveni’ meilleu' ».

Avec quelques matchs sous la ceinture, coach Hum commence à mieux saisir les réalités du Buzz lors des situations de jeu les plus chaotiques.

« Déjà, on fait face à un défi. Pour beaucoup de ga’s, si leu’s pieds font quelque chose, leu’s mains font rien, » a dit Hum. « Si leu’s mains essaient de batt’e un plouc, leu’s pieds font du su’ place. Pendant ce temps-là, on pe’d de la vitesse. On doit deveni’ davantage multitâches. »

Le Buzz : Le pouvoir des amateurs

« En étant de totals igno’ants du blood bowl, les amateu’s sont souvent les plus innovateu’s, dédiés, talentueux et ent’ep’eneu’s. »

Cette découverte est venue au coach Hum dans un moment d’absence totale d’esprit. En vérité, nombre de découvertes sont réalisées par des amateurs. Par exemple, le coach Hum cultive passionnément des snotlings afin de mener des expérimentations. Il a démontré que quand un snotling jaune et un snotling vert étaient fusionnés ensemble, il en résultait une bouillie jaune et que les autres snotlings tournaient au vert dans un ratio de 1:3. Depuis, coach Hum attribue les qualificatifs « récessifs » et « dominants » à ses snotlings.

Rejeté par les professionnels du blood bowl, le Buzz s’est donné comme mission de rejeter les professionnels du blood bowl. Formée d’ogres autodidactes ignorants des statistiques, l’équipe offre une vision du jeu alternative impossible à qualifier par les professionnels. Leur monde est abstrait plutôt que concret… et extrêmement ancré dans la physique.